Sandrine MARY

 

(...). Au castelet, Sandrine Mary, la chapardeuse d’apparences,
ses pièges et ses patiences d’où la sensualité ne saurait,
sauve, s’échapper, pas plus que la matière. (...) 

 
Yvon Bohers